Sécurité Privée FORUM - Le forum de référence (2006 - 2017)


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La police privée va-t-elle sécuriser les Pâquis ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Administrateur
FONDATEUR
avatar

Masculin
Age : 45
Région : Rhône Alpes

Société : Education nationale - Formation Conseil Audit
Emploi : Maître auxiliaire du 2ème degré en CAP AS & BAC PRO Métiers de la Sécurité - MC Sûreté des espaces ouverts au public - Formateur Titres pro A2SP et AQSP, SSIAP 1 et 2, CQP APS, Tronc commun CQP APS ASA... Jury en CAP AS & VAE CAP AS_BP ATPS

Formations : Formation de formateur via le CAFOC (Centre Académique de FOrmation Continue)
Date d'inscription : 02/09/2006
Nombre de messages : 23656

MessageSujet: La police privée va-t-elle sécuriser les Pâquis ?   Mar 27 Oct 2009 - 9:35

La police privée va-t-elle sécuriser les Pâquis?

Les commerçants souhaitent engager une agence privée. Un cas d’école délicat pour Genève.

Quoi de neuf aux Pâquis? Des nuits propices aux hors-la-loi


Faut-il désormais compter sur les agences de sécurité privées pour maintenir l’ordre à Genève? Cette question, les commerçants du quartier des Pâquis font plus que la poser théoriquement. Une vingtaine d’entre eux viennent de se cotiser pour se payer les services d’une telle agence, histoire de damner le pion à la délinquance qui s’est installée dans certaines rues.

Les premières patrouilles auraient dû intervenir le week-end dernier. La police a pour l’heure mis le holà. Mais la réponse sera sans doute politique et elle aura le mérite de clarifier le rôle de ces agences privées, à la lumière des défaillances de la police publique.

C’est justement cette défaillance que les commerçants veulent mettre en exergue. «Depuis deux ans, on se fait balader, explique Alain Bittar, de la librairie de l’Olivier. La police nous dit que c’est un problème de justice, la justice dit que le problème est fédéral et Berne se dit impuissante à rapatrier les récidivistes.» Les commerçants ne veulent pas passer pour des va-t-en-guerre. «Au contraire, nous voulons éviter que la situation n’empire avec la création de groupes d’autodéfense.» Ce qu’ils réclament, c’est une police de proximité, à pied, susceptible de jouer la dissuasion.

«Ces agents rempliraient un double objectif, poursuit le libraire: rassurer la population et affirmer que la rue n’est pas une zone de non-droit. Mais ce n’est qu’un pis aller car la solution doit venir de l’Etat.»

Les commerçants ont averti la police de leurs intentions. Le chef de la gendarmerie, Christian Cudré-Mauroux, leur a demandé de suspendre leur démarche et d’en référer au Département des institutions. «On peut déplorer le manque de moyens policiers, mais on ne peut pas privatiser la voie publique», commente le commandant.

Filtrer la rue de Fribourg

Les commerçants prévoyaient que les agents privés iraient jusqu’à chasser les délinquants des trottoirs. «Ce n’est pas possible, poursuit Christian Cudré-Mauroux. Ils outrepasseraient leurs prérogatives. Un agent peut filtrer les entrées d’une discothèque, pas celles de la rue de Fribourg.» Cela dit, le commandant reconnaît que l’on évolue dans une «zone grise» et qu’une clarification des compétences serait la bienvenue.

La loi n’est d’ailleurs pas limpide en la matière. L’Etat, en se basant sur un concordat intercantonal, surveille les entreprises de sécurité en leur octroyant des droits de pratique. Mais il ne contrôle pas chacune de leurs missions. Plusieurs communes genevoises mandatent des sociétés privées sans qu’elles aient eu besoin de demander une autorisation. «Ces agences se limitent à des tâches de surveillance, explique Eric Grandjean, porte-parole de la police. Leurs agents font acte de présence mais n’ont pas plus de droits que n’importe quel citoyen en cas de flagrant délit. Ils ne peuvent pas faire de contrôle d’identité, par exemple.»

Aux Pâquis, la situation est différente puisqu’elle émanerait de particuliers. La démarche des commerçants sera-t-elle autorisée? «Nous répondrons quand nous aurons été saisis de la demande, répond Nicolas Bolle, au Département des institutions. On assiste à un phénomène nouveau. Mais le cadre législatif est suffisant. Le concordat vise justement à renforcer les limites entre la police et les agences privées qui ne doivent pas empiéter sur les prérogatives de la force publique.»

source : tdg.ch
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fabricepierre-photographe.com
 
La police privée va-t-elle sécuriser les Pâquis ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sécurité Privée FORUM - Le forum de référence (2006 - 2017) :: LES INFOS DE LA PROFESSION :: La sécurité privée à l'étranger-
Sauter vers: