Sécurité Privée FORUM - Le forum de référence (2006 - 2017)


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les autorités invitées à mettre de l’ordre dans le secteur du gardiennage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Administrateur
FONDATEUR
avatar

Masculin
Age : 45
Région : Rhône Alpes

Société : Education nationale - Formation Conseil Audit
Emploi : Maître auxiliaire du 2ème degré en CAP AS & BAC PRO Métiers de la Sécurité - MC Sûreté des espaces ouverts au public - Formateur Titres pro A2SP et AQSP, SSIAP 1 et 2, CQP APS, Tronc commun CQP APS ASA... Jury en CAP AS & VAE CAP AS_BP ATPS

Formations : Formation de formateur via le CAFOC (Centre Académique de FOrmation Continue)
Date d'inscription : 02/09/2006
Nombre de messages : 23656

MessageSujet: Les autorités invitées à mettre de l’ordre dans le secteur du gardiennage   Ven 28 Aoû 2009 - 19:11

Les autorités invitées à mettre de l’ordre dans le secteur du gardiennage

Dakar, 28 août (APS) - Le secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes du Sénégal (CSA), Mamadou Diouf, a invité vendredi à Dakar le gouvernement à préserver la paix sociale en rappelant à l’ordre les entreprises de gardiennage et de sécurité accusées de violations des droits des travailleurs.

’’La CSA tient à attirer l’attention des autorités sur (les) agissements qui ne sont pas de nature à préserver la paix sociale’’, a déclaré M. Diouf, lors d’un point de presse.

Le secteur du gardiennage est partagé entre réclamations d’arriérés de salaires et dénonciations d’entraves à liberté syndicale.

Selon lui, ’’le propriétaire de la société ‘’Sen-Sécurité, le colonel Massar Diop doit quatre mois de salaire à une partie de son personnel prétextant qu’ils exercent leurs activités à la Senelec qui lui doit de l’argent. Il oublie ainsi en toute impunité, ses obligations contractuelles et sociales vis-à-vis de ses employés’’.

Au niveau de la société Phoenix, M. Diouf a relevé une situation caractérisée par ‘’de nombreuses entraves à la liberté syndicale’’. Il a noté l’absence de rencontre entre le PDG et les délégués du personnel dont certains ne sont pas en odeur de sainteté avec leur employeur. Les travailleurs lui réclament l’ouverture de négociations.

Le secrétaire général de la CSA a également déploré, dans la situation de cette même société de gardiennage et de sécurité, la multiplication de ‘’contrats de stagiaires abusifs’’. Le responsable syndical a fait cas de la précarité de cette catégorie du personnel astreinte à ‘’plus de deux ans avec un salaire mensuel de 40.000 francs’’.

Sonnant la mobilisation générale de ses troupes, la CSA ‘’entend apporter la riposte qu’il faut à ces entraves à la liberté syndicale et à une nouvelle forme d’asservissement’’, a indiqué son secrétaire général qui dit néanmoins, compter sur la diligence des ministères du Travail et de l’Intérieur.

’’Nous tirons la sonnette d’alarme pour que personne ne dise demain qu’il n’était pas au courant et l’Etat doit prendre les mesures d’urgence qui s’impose’’, a-t-il poursuivi annonçant une manifestation des travailleurs des gardiens et agents de sécurité.

’’Si rien n’est fait, ils vont prendre la rue pour protester contre les conditions inhumaines de vie et de travail que leur imposent leurs patrons’’, a averti le responsable syndical appuyé, des yeux et de la main, par Isidore Coly, secrétaire général du Syndicat autonome des gardiens et agents de sécurité (SAGAS, affilié à la CSA).

Au Sénégal, signale le syndicat, le secteur du gardiennage et de la sécurité emploie quelque 10.000 emplois. Le nombre d’agréments accordés par le ministère de l’Intérieur s’élevait à 160 en 2008.

L’absence de contrat de travail, le recours au travail journalier, l’absence de prise en charge médicale et l’inexistence d’institutions de prévoyance maladie (IPM) sont le lot des travailleurs de la plupart des entreprises du secteur, ont souligné les responsables syndicaux.

’’L’Etat est en train de regarder pourrir la situation alors que certaines autorités sont de connivence avec les directeurs de sociétés dont la plupart sont d’anciens colonels de l’armée et d’anciens commissaires de police’’, a déploré le secrétaire général du SAGAs.

’’La société (de gardiennage) demande beaucoup au client et redonne très peu à l’agent de sécurité’’, a-t-il ajouté expliquant qu’au meilleur des cas, un vigile perçoit 120.000 francs alors que son travail est facturé 500.000 francs. ’’Nous allons nous mobiliser pour ne pas arriver à des salaires de 20 et 10.000 francs.’’

source : aps.sn
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fabricepierre-photographe.com
chris667
Super fidèle


Masculin
Age : 35
Région : Ile de France

Société : Smartps
Emploi : agent de sécurité

Formations : SSIAP 2 PSE1
Formations internes : HEBE

Date d'inscription : 09/07/2009
Nombre de messages : 585

MessageSujet: Re: Les autorités invitées à mettre de l’ordre dans le secteur du gardiennage   Ven 28 Aoû 2009 - 22:36

Merci pour cet article Administrateur !
Revenir en haut Aller en bas
http://delicesparis.blogspot.fr/?m=0
 
Les autorités invitées à mettre de l’ordre dans le secteur du gardiennage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sécurité Privée FORUM - Le forum de référence (2006 - 2017) :: LES INFOS DE LA PROFESSION :: La sécurité privée à l'étranger-
Sauter vers: