Sécurité Privée FORUM - Le forum de référence (2006 - 2017)


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Trois agents de sécurité absorbent des fibres d’amiante bleu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Administrateur
FONDATEUR
avatar

Masculin
Age : 45
Région : Rhône Alpes

Société : Education nationale - Formation Conseil Audit
Emploi : Maître auxiliaire du 2ème degré en CAP AS & BAC PRO Métiers de la Sécurité - MC Sûreté des espaces ouverts au public - Formateur Titres pro A2SP et AQSP, SSIAP 1 et 2, CQP APS, Tronc commun CQP APS ASA... Jury en CAP AS & VAE CAP AS_BP ATPS

Formations : Formation de formateur via le CAFOC (Centre Académique de FOrmation Continue)
Date d'inscription : 02/09/2006
Nombre de messages : 23656

MessageSujet: Trois agents de sécurité absorbent des fibres d’amiante bleu   Sam 1 Aoû 2009 - 8:03

Trois agents de sécurité absorbent des fibres d’amiante bleu

A deux reprises, les médecins du Samu et les pompiers sont intervenus sur le site pour secourir des agents de la sécurité qui avaient ingurgité des fibres d’amiante. Des interventions médicales inhabituelles sur un lieu de travail qui traduisent un réel malaise au sein de cette unité amenée à fermer définitivement en abandonnant les 24 agents de sécurités qui avaient assuré la protection du site durant 10 ans.
Evacués aux urgences de l’hôpital Bouzidi-Lakhar de Bordj Bou-Arréridj, les agents ont subi un lavage d’estomac et les traitements d’urgence. «Le groupe me rejette après 10 années de loyaux services, sur un site très dangereux et dans des conditions très difficiles ! Nous n’avions plus qu’à nous suicider», précise M. Fateh Harzellah, un des trois agents qui ont tenté de se suicider.
«Aujourd’hui, le climat est celui d’une entreprise qui va fermer avec une grande incertitude professionnelle pour les agents», résume un employé. Deux incidents qui mettent également en avant une autre réalité : le stress au chômage et ses terribles conséquences.
Depuis quelques temps, les suicides et tentatives de suicide sur le lieu du travail ou attribués aux conditions de travail, ont fait irruption dans la sphère médiatique. Est-ce un phénomène nouveau ? En augmentation ? Comment peut-on expliquer cette «épidémie» ? Face à cet acte extrême, que faire dans l’entreprise ?
Les cas de suicide liés au travail sont un phénomène nouveau. Des cas de suicides sur les lieux du travail ont commencé à être rapportés par les médecins du travail il y a seulement quelques temps. Ce phénomène est apparu dans un contexte où les indicateurs de stress au travail se détérioraient. Pour autant, il n’y a pas de données nationales permettant de suivre l’évolution du nombre des suicides ou tentatives de suicide sur le lieu du travail et a fortiori liés au travail. De nombreuses études épidémiologiques ont établi un lien entre les contraintes au travail génératrices d’un état de stress chronique, c’est-à-dire d’un stress durable, et l’apparition d’une dépression. Parmi les contraintes au travail généralement étudiées, on peut citer le «job strain», c’est-à-dire le déséquilibre entre une forte exigence psychologique et une absence de marge de manœuvre. Un mécanisme est avancé pour expliquer cette relation entre stress et dépression : en situation de stress chronique, l’organisme sécrète des hormones en grand nombre. Or, l’hypersécrétion de glucocorticoïdes favoriserait, voire induirait, l’apparition d’un état dépressif. Quelles que soient leurs caractéristiques individuelles, des personnes en situation de stress chronique sont fragilisées et peuvent voir leur état évoluer vers une dépression qui, elle-même, favorise un passage à l’acte suicidaire
Précisons, à propos du lien entre conditions de travail et suicide, que des situations de harcèlement moral ou sexuel, ou de grandes violences physique et psychologique peuvent également entraîner un état dépressif, sans toujours être précédées d’une période de stress chronique

Un suicide ou la tentative de suicide constitue pour l’entreprise à la fois une situation d’urgence à gérer et un signal d’alerte sur un possible phénomène de malaise plus largement répandu. Pour éviter une contagion, des mesures peuvent être adoptées en urgence. Dans un deuxième temps, à distance de l’événement et afin de protéger la santé des salariés, il convient d’évaluer les risques d’atteinte à la santé physique et mentale et d’entamer une démarche de prévention.

source : la nouvelle republique
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fabricepierre-photographe.com
 
Trois agents de sécurité absorbent des fibres d’amiante bleu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sécurité Privée FORUM - Le forum de référence (2006 - 2017) :: LES INFOS DE LA PROFESSION :: La sécurité privée à l'étranger-
Sauter vers: