Sécurité Privée FORUM - Le forum de référence (2006 - 2017)


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dérapage chez Securitas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Administrateur
FONDATEUR
avatar

Masculin
Age : 46
Région : Rhône Alpes

Société : Education nationale - Formation Conseil Audit
Emploi : Maître auxiliaire du 2ème degré en CAP AS & BAC PRO Métiers de la Sécurité - MC Sûreté des espaces ouverts au public - Formateur Titres pro A2SP et AQSP, SSIAP 1 et 2, CQP APS, Tronc commun CQP APS ASA... Jury en CAP AS & VAE CAP AS_BP ATPS

Formations : Formation de formateur via le CAFOC (Centre Académique de FOrmation Continue)
Date d'inscription : 02/09/2006
Nombre de messages : 23670

MessageSujet: Dérapage chez Securitas   Ven 10 Juil 2009 - 7:22

Dérapage chez Securitas

Un agent en bleu a été surpris en train de fouiller dans un bureau de la direction de Migros Vaud. Une casserole de plus pour Securitas.

L'affaire remonte à quelques mois. Elle a été soigneusement étouffée aussi bien du côté de Securitas que de son client, la direction de Migros Vaud en l'occurrence.

Elle n'a pourtant rien de banal. Selon les informations recoupées par «Le Matin», un agent en bleu est accusé d'avoir fouillé le bureau du chef de la sécurité de Migros, de nuit, au siège vaudois du géant orange à Ecublens.

Une caméra discrètement installée dans le bureau aurait servi de moyen de preuve et donné lieu à une sévère explication entre les directions de Migros Vaud et de Securitas le 18 mars dernier.

Agent sanctionné
Les deux entreprises impliquées dans cette affaire ont d'abord refusé tout commentaire au «Matin». Directeur régional de Securitas, Raoul Rimet a toutefois fini par reconnaître qu'«il y a eu un problème. Il a débouché sur une sanction interne contre un agent. Mais ce n'était pas grave au point de prononcer un licenciement.»

Pas grave, vraiment? «N'allez pas imaginer qu'il s'agit d'une affaire à mettre en rapport avec le «Nestlégate»! Cela n'a rien à voir du tout», avance Raoul Rimet. Mais que dire, tout de même, d'un agent qui profite de sa ronde de nuit pour fouiller dans les papiers d'un cadre de l'entreprise cliente?

«Si les faits s'étaient déroulés comme vous le dites, la sanction aurait été bien plus grave. Vous imaginez bien que, depuis le «Nestlégate», nous sommes particulièrement sensibles à ce genre de problème», rétorque le directeur vaudois de Securitas.

Faut-il comprendre que l'agent sanctionné n'a pas cherché à voler des informations au siège de Migros et qu'il n'a pas fouillé jusque dans les tiroirs, comme semble le prouver la vidéo? «Je démens formellement que des tiroirs aient été fouillés», tranche Raoul Rimet. Il refuse toutefois de donner sa version précise des faits au nom de la confidentialité à respecter vis-à-vis d'un client.

A la direction de Migros Vaud, on se montre encore moins bavard: «Nous ne divulguons jamais nos contrôles internes. Si un problème se pose, nous le réglons directement avec le prestataire de services. Je ne peux donc ni infirmer ni confirmer votre information», nous a répondu Stéphane Sauthier, chef de la sécurité de Migros. De toute évidence, il aurait préféré que la fouille de son bureau ne devienne pas une affaire publique. Pour quels motifs? Une question d'image?

Manque de transparence
Nous n'en saurons rien. Tout comme les dessous de ce nouveau cas d'«espionnage» chez Securitas restent obscurs. S'agit-il du dérapage isolé d'un agent? D'une vraie tentative de récolter des informations. Et pour qui? Un seul élément possible de réponse ressort de notre enquête: le chef de la sécurité de Migros a été employé chez Securitas et son départ se serait mal passé. Son ex-employeur a-t-il voulu lui nuire? Là encore, mystère...

Au pays de la sécurité, le silence semble d'or. Mais, de toute évidence, Securitas se serait bien passé de cette nouvelle affaire. Alors que toutes les conséquences du «Nestlégate» ne sont pas encore tirées (lire ci-contre), le leader de la surveillance sait qu'il doit reconquérir la confiance de ses clients et de l'opinion publique. «Nous avons des procédures de contrôles internes très strictes, insiste Raoul Rimet.

Par exemple, nos agents acceptent de pouvoir se faire fouiller à tout moment. Mais avec 1100 collaborateurs rien que pour le canton de Vaud, on ne peut jamais exclure la présence d'un mouton noir.» Jusqu'où, alors, l'agent incriminé dans l'affaire Migros a-t-il été un «mouton noir»? Nous le saurons peut-être un jour...

source : le matin.ch
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fabricepierre-photographe.com
bellemin christophe
Impliqué
avatar

Masculin
Age : 49
Région : rhone alpes

Société : SECURITAS. ERP/TERTIAIRE
Emploi : agent de sécurité. conseiller du salarier CFTC.

Formations : SEPR, section N.A.T.
Formations internes : S.S.I.A.P.; SST;EPI;IDCC;HOBO

Date d'inscription : 24/10/2007
Nombre de messages : 749

MessageSujet: Re: Dérapage chez Securitas   Ven 10 Juil 2009 - 20:19

A.P.S.R.: Agent Prévention de Surveillance et de Renseignement

cool sur la fiche de payes
Revenir en haut Aller en bas
knar69
Fidèle
avatar

Féminin
Age : 41
Région : Rhône - 69

Société : ***
Emploi : télésurveillance

Formations : DUT HSE jamais utilisé - 2 ans en surveillance + 8 en télésurveillance
Formations internes : auditeur interne qualité

Date d'inscription : 26/04/2009
Nombre de messages : 193

MessageSujet: Re: Dérapage chez Securitas   Sam 11 Juil 2009 - 10:12

pas étonnant en Suisse ...
Revenir en haut Aller en bas
 
Dérapage chez Securitas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sécurité Privée FORUM - Le forum de référence (2006 - 2017) :: LES INFOS DE LA PROFESSION :: La sécurité privée à l'étranger-
Sauter vers: