Sécurité Privée FORUM - Le forum de référence (2006 - 2017)


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LES ALGÉRIENS ACCROS À LA VIDÉOSURVEILLANCE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Administrateur
FONDATEUR
avatar

Masculin
Age : 45
Région : Rhône Alpes

Société : Education nationale - Formation Conseil Audit
Emploi : Maître auxiliaire du 2ème degré en CAP AS & BAC PRO Métiers de la Sécurité - MC Sûreté des espaces ouverts au public - Formateur Titres pro A2SP et AQSP, SSIAP 1 et 2, CQP APS, Tronc commun CQP APS ASA... Jury en CAP AS & VAE CAP AS_BP ATPS

Formations : Formation de formateur via le CAFOC (Centre Académique de FOrmation Continue)
Date d'inscription : 02/09/2006
Nombre de messages : 23656

MessageSujet: LES ALGÉRIENS ACCROS À LA VIDÉOSURVEILLANCE   Ven 12 Sep 2008 - 0:03

LES ALGÉRIENS ACCROS À LA VIDÉOSURVEILLANCE
Souriez, vous êtes filmés !


L’installation de caméras de surveillance par les particuliers est un phénomène qui a pris des proportions importantes ces dernières années. Actuellement, l’usage de ces systèmes n’est régi pas aucune réglementation, notamment en matière de protection de la vie privée.

Tarek Hafid - Alger (Le Soir) - Apparue dans le milieu des années 1990, la vidéosurveillance était utilisée essentiellement par les institutions publiques, les représentations diplomatiques ou encore les grandes entreprises. L’importation de matériel grand public permet depuis quelques années aux commerçants et aux particuliers de s’équiper à moindre coût. Aujourd’hui, le coût de l’acquisition et de la pose d’un système de vidéosurveillance pour une villa ou un magasin ne dépasse pas les 80 000 DA. «A ce prix-là, on peut avoir une caméra, un DVR (appareil qui permet d’enregistrer les images en continu) ainsi que tout le réseau de câblage», explique un installateur. Mais voilà, en Algérie, la vidéosurveillance n’est soumise à aucune réglementation. Le législateur n’a rien prévu à ce sujet. «Lorsque j’ai débuté cette activité, je me suis rapproché de la police et de la mairie pour savoir s’il existe des textes de loi qui régissent l’installation de caméras de surveillance. A mon grand étonnement, on m’a dit que non, sauf que je devais juste éviter de braquer les caméras sur des sites sensibles», indique notre installateur. Le terme «sites sensibles» englobe, pêle-mêle, les casernes, les commissariats, les institutions, les banques et autres ambassades. Dans l’absolu, il n’est pas interdit de garder un œil sur ses biens mais à condition de ne pas observer le voisinage. Et à ce titre, il n’est pas rare de voir des caméras de surveillance balayer les rues. Des situations qui pourraient être contraires au principe de protection de la vie privée. L’objectif de l’installation d’un tel système est d’éviter les intrusions et non pas de surveiller les passants ou la fille du voisin. Prenons l’exemple de la France où la vidéosurveillance est très réglementée. Ainsi, les conditions d’utilisation de caméras dans une maison, «le propriétaire ne peut filmer l’extérieur, même derrière la vitre d’une fenêtre privée». Aussi, le propriétaire peut filmer le personnel employé à la seule condition que celui-ci en soit dûment informé par écrit. Les mesures sont encore plus strictes lorsque le système est destiné à un usage professionnel. Rien de tout cela n’est prévu par le législateur algérien. Mais le vide juridique touche également l’usage «officiel» de la télésurveillance. En effet, aucun texte législatif ne régit l’usage des images enregistrées par la police à travers son large réseau de télésurveillance. Bien qu’ayant fait ses preuves dans la lutte contre la délinquance, cette initiative aurait été mise en œuvre sur la base d’un décret du ministère de l’Intérieur.
T. H.

BANALISATION DU GYROPHARE
Un «truc» pour éviter les bouchons

Pour se frayer un chemin dans les bouchons, certains automobilistes n’hésitent pas à utiliser des gyrophares. Théoriquement, le gyrophare ne devrait être utilisé qu’à titre exceptionnel par les conducteurs de véhicules officiels. Certains chauffeurs, notamment ceux qui louent leurs services à des étrangers, n’hésitent pas à actionner ce gadget dans les rues d’Alger. Là encore, il n’existe aucune législation. Pour acheter un gyrophare, il suffit de passer commande auprès de certains commerces spécialisés.

Source : lesoirdalgerie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.fabricepierre-photographe.com
 
LES ALGÉRIENS ACCROS À LA VIDÉOSURVEILLANCE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sécurité Privée FORUM - Le forum de référence (2006 - 2017) :: LES INFOS DE LA PROFESSION :: La sécurité privée à l'étranger-
Sauter vers: